TransGroenland 2007 - Newsletter Part 5 (english version bellow)

Si vous ne visionnez pas correctement cette lettre : http://www.3poles.fr/Newsletter-part-05.html

Mercredi 25 avril 2007

22ème jour sur la calotte – 252 km parcourus - ~ 2 000 m d’altitude

Olivier et Guillaume sont bientôt au plus haut de leur parcours : les 2 500 m de Summit au centre du Groenland semblent inatteignables. Le froid, exceptionnel pour la saison, et les vents souvent de face ne rendent pas la partie facile.

Les « petits » maux se multiplient ; ils souffrent tour à tour de tendinite au talon d’Achille, le mal par excellence du marcheur. La solitude également est de plus en plus lourde à supporter : même si le soir, ils sont à 2 sous la tente, pendant la journée les discussions sont rares et les coups de blues sont fréquents. 

Une fois Summit atteint tout deviendra plus simple : ils s’éloigneront progressivement de l’épicentre du froid pour se diriger vers la côte et  une descente en pente douce les amènera au terme de cette épopée.

 
Leçon de gastronomie polaire

Une question récurrente sur le site 3poles.fr concerne le régime alimentaire de nos aventuriers. Comment se nourrit-on au Groenland ?

Guillaume et Olivier sont partis de Paris avec 35 sacs chacun composant leur ration quotidienne : céréales, lait lyophilisé, riz au lait et cake pour le matin, nouilles chinoises et barres chocolatées pour le déjeuner, soupe, plat lyophilisé, babybel et compote pour le dîner.La ration quotidienne représente 6 000 Kg Calories.

La principale carence concerne les lipides qui sont très peu présents dans les divers aliments en poudre. Pour pallier ce manque, fruits secs et Pemmican : les Amérindiens préparaient ce mélange afin de survivre aux rigueurs de l’hiver. Littéralement "graisse fabriquée", il s’agit de viande séchée, -habituellement du gibier ou du bison- broyée en poudre et mélangée à une quantité égale de graisse fondue (!).

Le plus dur? L’aspect répétitif de ce régime et les boissons. Seulement, 3 menus différents pour plus d’un mois de traversée. Au retour de leur dernière expédition, Olivier comme Guillaume étaient nauséeux rien qu’à l’évocation des nouilles chinoises mais faute de grives… L’eau, de la neige fondue, a un goût assez marqué : elle prend le goût de la gamelle (également utilisée pour faire la « cuisine ») et du pétrole. Boire est tout sauf un plaisir malgré le thé, le jus de fruit en poudre et autre additif sensé masqué le parfum de gasoil.

 
Toutes vos questions sur 3poles.fr

Cette newsletter a pour but de vous tenir informé de l’avancée de la TransGroenland mais Guillaume et Olivier voulaient surtout partager avec vous leur aventure. N’hésitez donc pas à poser toutes vos questions.  

 

Et comme chaque semaine, retrouvez leur interview vendredi sur Radio Classique entre 11 et 12h.

 

                   

 

 


2007 TransGreenland - Newsletter Part 05

 
If you do not view this letter correctly: www.3poles.fr/Newsletter-part-05.html
 
22th day on the icecap
- crossed 252 km - ~height :  2 000 m 

Olivier and Guillaume will soon reach the peak of their route: the 2 500 m high Summit in the center of Greenland seems unattainable. Exceptionally cold weather for the season and unfavorable winds make things difficult. Small troubles sprout everywhere; they each suffer alternately from tendonitis in the Achilles' heel, which is the typical walker’s injury. Loneliness is harder and harder to bear: even if they share the tent at night, discussions are far and between during the day and a feeling of depression hits them frequently. Once Summit is reached it will all become much simpler: they will gradually get away from the epicenter of the cold and a sweet slope will take them to the coast where the journey will end.

Lesson in polar gastronomy  

We get asked regularly about the diet of our adventurers on the 3poles.fr site. How do we eat in Greenland? Guillaume and Olivier left Paris with 35 bags each containing their daily rations: cereal, dried frozen milk, rice pudding and cake for breakfast; Chinese noodles and chocolate bars for lunch; soup, dried frozen dishes, babybel and compote for dinner. The daily ration represents 6 000 k Calories. Lipids are the main lacking element as they are very scarcely present in the various forms of powder food. To mitigate this they use dried fruits and Pemmican: Amerindians used to prepare this mixture to survive their rigorous winters. Literally meaning "home made fat ", it consists of dried meat, - usually game or bison- crushed to powder and mixed with an equal amount of melted fat.

The hardest in this regime has to be the lack of variety in food and beverages. The same 3 menus over and over for more than a month of crossing. On the way back from their previous expedition, Guillaume and Olivier both felt nauseous simply talking about the Chinese noodles but sometimes you have to settle for the less than perfect … The water, which comes from melted snow, has a strong enough taste: the taste of the mess tin (also used for cooking) and oil. Drinking is anything but pleasant in spite of the tea, the powder fruit juice and the other additives supposed to cover the taste of motor oil.

 

All your questions on 3poles.fr

This newsletter is aimed at keeping you informed about the progress of TransGreenland but Guillaume and Olivier wanted to share their adventure with you first and foremost so do not hesitate to send all your questions to Contact@3poles.fr